LA SALLE DES FETES DE TREZIERS

HISTORIQUE DU BATIMENT

 

La salle des fêtes de Tréziers qui se trouve à coté de l’église Saint Martin de Tréziers a une histoire singulière. Le bâtiment fut au cours des générations désigné tour à tour sous les noms de : cantine, salle des jeunes, salle des associations ou salle des fêtes.

Il fut construit au début de la guerre sur un terrain qui appartenaient depuis toujours à la commune. Il était utilisé jadis comme aire de battage. A la demande du Préfet (10 mars 1940) ce terrain fut mis à disposition de l’Etat pour édifier des baraquements destinés à accueillir les populations évacuées de la zone frontière du Nord de la France.
Le bâtiment fut construit par Solanas entrepreneur à Chalabre sous la surveillance de M. Camel ingénieur honoraire.

C’est l’époque de la « drôle de guerre ». Les forces en présence, françaises et anglaises d’un coté et allemandes de l’autre, campent sur leurs positions. Une des préoccupations du gouvernement est d’éloigner les civils des zones de combat potentielles. On cherche à limiter ce qui c’était produit lors de la grande guerre, les réquisitions à la hâte pour loger les réfugiés.
Malgré ces « prévisions », en mai 1940, la percée allemande jeta un flot immense de personnes sur les routes de la débâcle.
Pourtant aucune famille ne vint occuper les baraquements de Tréziers.

En 1941 la Société Nationale des Pétroles d’Aquitaine, qui vient d’être créée, lance une campagne de recherche d’hydrocarbures. Une plate forme de forage est installée à Tréziers au lieu dit Autajou. Pour accueillir la logistique et le personnel, les besoins en bâtiments sont importants. C’est tout naturellement que le baraquement des réfugiés, qui est inoccupé, va être mis à la disposition des pétroliers. Ils vont y installer leur « cantine ». Cette désignation restera longtemps fixée dans la mémoire des habitants.

A la fin de la guerre le forage de Tréziers est abandonné. La « cantine » reste inutilisée.

En mars 1947 la Préfecture demande au maire de mettre en vente le baraquement construit par l'Etat sur le terrain communal. La commune l'achète en 1950 pour 57 000 F. Le conseil municipal envisage de s'en servir comme grenier communal et de louer une partie aux agriculteurs pour stocker les denrées agricoles.

Quatre pièces vont être rapidement faire l'objet d'un bail consenti à un habitant de Tréziers, M. Hille, éleveur de poulets. Il l'utilise pour entreposer des aliments pour les volailles.
En 1952 la commune décide de récupérer le bâtiment pour ses propres besoins, ce qui se fera, non sans mal.
Les années suivantes il servira de grenier à grain ou fourrages notamment pour Henri Roujol négociant du village..

Au début des années 60 les cloisons intérieures sont abattues. Une nouvelle vie commence pour le bâtiment. Le village organisait deux fêtes par an. Le 14 juillet et la fête patronale du 11 novembre.  Elle ne disposait pas de lieu adapté pour accueillir ces manifestations. Celons la saison on dressait une estrade rustique sur la place du village ou un hangar prêté par un citoyen. Décision fut prise d’aménager l’ancien baraquement en salle des fêtes en ajoutant une estrade en bois.

 

Le conseil municipal du 22 novembre 1978 fait le point sur les intempéries du début de l'été qui ont occasionné des dégâts très importants à la salle de jeunes de la commune dite salle des fêtes. La toiture a été en partie arrachée et plusieurs volets et fenêtres détruits. Le plafond a également souffert. Préjudice 12 000 F. Demande de subvention. Les travaux seront terminés en 1983. Les Ets Louvet interviendront sur les volets en 1990.

En 2003 des intempéries endommagent  la toiture. Cela va être l’occasion d’installer un nouveau plafond ignifugé. Profitant des travaux, une isolation sous le toit et la mise aux normes de l’éclairage, sont effectués.

 

Salle des fêtes en 2007

 

04/11/2009