L'ESPAGNOL

LESPAGNOL ou LESPAILLOU

Métairie présente dans les reconnaissances de 1759 et 1763
 

Le 02 avril 1763 Jean Carrié dit Biscaïre reconnaît une métairie de prés de vingt quatre hectares, "tant que terre labourable, jardin, vigne, bois et prés" à Lespaillou. Elle est limitée au midi par le chemin de Tréziers à Laillet, à l'ouest et au nord le chemin de Tréziers à Peyrefitte. Six quarterées soit quatre-vingt-neuf ares, font la « métairie, haire (ou hiére), jardin et ferratjal » Elle est soumise à une censive de trois sols parisis. De plus, la vigne contenant une cesterée, soit cinquante neuf ares, est imposée d’une géline deux sols et huit deniers.
Auparavant, ces biens avaient été reconnus par Arnaud Carrié dit Biscaïre, le 02 mai 1672

En 1693 dans l'acte de Baptême de Jean Carrié, il est dit qu'il est le « fils de Pierre Carrié de la métairie de biscaïre de lespagnol, paroisse de Courbiéres ». Ce surnom de biscaïre va longtemps rester attaché à cette branche de la famille Carrié.
Pour ce qui est de l'appellation Lespaillou elle pourrait avoir pour origine un  problème d'élocution de Jean Carrié lors de la reconnaissance devant le notaire en 1763.
En 1789 Jacques et Bernard Carrié sont propriétaires à Lespaignol. Cette nouvelle orthographe relevée dans un acte de vente passé devant maître Joseph Bosc notaire à Peyrefitte du Razes.
.90% des biens de Jean Carrié viennent d'Arnaud.
 
 

 
Pour le cadastre de 1825 les propriétaires de l'Espagnol (orthographe actuelle du lieu-dit) sont : Carrié Bernard, Carrié Joseph, Carrié Jeanne, Carrié Joseph.
Le 03 août 1818 devant maître Jean Baptiste Xavier Clavel notaire à Chalabre à lieu le partage de la succession de Jacques Carrié leur père décédé en 1804. Jusque là, la métairie était restée en indivision. Dans l’acte de partage le bien est appelé métairie de l’Espagnol la Biscarre. On va rencontrer au cours du siècle d’autres patronymes en ce lieu qui avait le statut de hameau : Bez, Lannes, Planet, Toustou
, Faure, Abat, Destunder, Sarail.
Lors du dénombrement de 1921 le hameau est composé de deux maisons abritant les familles Toustou et Abat - Destunder ,soit onze personnes dont deux enfants. En 1926 il y a la famille Toustou et la famille Sarail, soit treize personnes.

Retour page d'accueil

Retour menu métairies

mail to : Robert Faure

ISSN : 1626-0139
14/09/2008